LES ACTUALITÉS DE LA RSE EN AFRIQUE DE L'OUEST

mar.

20

févr.

2024

BANQUE Burkina- Notation : La note de long terme de BOA Burkina passe de A à A+

Dans sa notation dont la période de validité va de juillet 2023 à juin 2024, l’agence Bloomfield a fait passer la note de long terme de la banque BOA Burkina Faso de A à A+ avec une perspective stable. En revanche la note de court terme reste maintenue à A1 avec une perspective stable.

Pour justifier sa notation, l’équipe de Bloomfield brandit sur le long terme l’argument de « la qualité de crédit élevée. » En outre, elle est d’avis que les facteurs de protection sont bons. Bloomfield note néanmoins que les facteurs de risques sont plus variables et plus importants en période de pression économique.

Sur le court terme, l’équipe de Bloomfield soutient que la certitude de remboursement en temps opportun est très élevée, plaide-t-elle, sans compter que les facteurs de risque sont mineurs.

Plus d’infos sur http://news.aouaga.com/h/152336.html

0 commentaires

mar.

20

févr.

2024

RSE Guinée- Plan de rénovation : le Groupe UMS et la Fondation Wazni annoncent la fin des travaux de rénovation de l’école Hadja M’Mah

Le Groupe UMS, leader de la logistique intégrée, et la Fondation Wazni ont annoncé la fin des travaux de l’école primaire Hadja M’Mah dans la commune de Yomboya. Cette initiative fait de l’école Hadja M’Mah la dixième école à bénéficier de leur vaste plan de rénovation comprenant 11 écoles primaires au total.  Ce plan s’inscrit dans l’engagement continu des deux entités à contribuer à une éducation de qualité pour tous en Guinée.

Le Groupe UMS et la Fondation Wazni ont initié d’ambitieux travaux afin de procéder à la rénovation de l’école Hadja M’Mah. Auparavant cette école accueillait 1239 élèves, dont 639 filles, qui étaient répartis dans seulement 6 classes. La construction de 3 nouvelles salles de classe est ainsi rapidement devenue une priorité pour les travaux. De plus, afin de créer un environnement d’apprentissage stimulant et sécurisé, 2 blocs ont été totalement rénovés et les installations existantes entièrement modernisées. L’école Hadja M’Mah, dirigée par Madame Fatoumata Bangoura, accueille désormais 18 enseignants dont 4 contractuels.

 

Plus d’infos sur https://guineenews.org/plan-de-renovation-le-groupe-ums-et-la-fondation-wazni-annoncent-la-fin-des-travaux-de-renovation-de-lecole-hadja-mmah/

0 commentaires

mar.

20

févr.

2024

ENTREPRISE- PETROSEN et le BOS/PSE s’unissent pour la construction d’une usine d’engrais

La Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN) et le Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent (BOS/PSE) ont signé une convention de partenariat à Dakar en vue de la construction d’une usine d’engrais d’un coût de 600 milliards de francs CFA.

‘’Le projet va coûter en termes d’investissement plus de 600 milliards de francs CFA’’, a déclaré l’ingénieur géologue Fary Ndao, responsable du projet pétrochimie de PETROSEN.

L’usine sera construite à Ndayane, dans la région de Thiès (ouest), et va démarrer ses activités de production en 2028-2029, selon lui.

‘’Ce projet va être cofinancé par l’État du Sénégal, à travers PETROSEN, et des partenaires privés’’, a précisé M. Ndao lors de la signature de la convention de partenariat de PETROSEN avec le BOS/PSE.

Il assure que ‘’cette usine d’engrais […] d’une capacité de 1,2 million de tonnes par an va largement satisfaire les besoins nationaux’’.

L’usine va surtout fabriquer de l’urée, ‘’un engrais entièrement importé au Sénégal et important pour l’amélioration des rendements agricoles’’, a souligné l’ingénieur géologue responsable du projet pétrochimie de PETROSEN.

 

La future usine va exporter ses engrais dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, dont le Mali, le Burkina Faso, la Guinée et la Gambie, selon Fary Ndao. Plus d’infos sur https://aps.sn/petrosen-et-le-bos-pse-sunissent-pour-la-construction-dune-usine-dengrais/

0 commentaires

mar.

20

févr.

2024

PETROLE- Pétrole et gaz : un dispositif de contrôle des hydrocarbures mis en place au sein des douanes

L’administration des douanes assure avoir mis en place un dispositif de contrôle des hydrocarbures pour en assurer ‘’un traitement douanier particulier’’, lors de l’exploitation prochaine des ressources pétrolières et gazières du Sénégal.

‘’Il est important de disposer de nouvelles procédures de contrôle de ces types de marchandises en vue d’une prise en charge correcte et de mettre en place un dispositif institutionnel à même de répondre aux défis’’, rapporte le Échos Finances, le trimestriel du ministère des Finances et du Budget, dans son dernier numéro reçu lundi à l’APS.

‘’Il est clair que les douanes sénégalaises ont mis l’accent, dans le cadre de l’exercice de leurs prérogatives, sur une gestion efficiente des hydrocarbures, conformément aux dispositions constitutionnelles relatives aux ressources naturelles du Sénégal’’, a écrit le lieutenant-colonel Papa Amadou Gamby Diop dans le même journal.

Un arrêté ministériel du 15 mars 2021 consacré à l’organisation de la direction générale des douanes (DGD) a permis aux douaniers de se préparer au contrôle des futurs hydrocarbures du pays, selon cet inspecteur principal des douanes.

 

Sur la base de cette organisation de la DGD, une direction régionale des hydrocarbures a été créée au sein de l’administration douanière. Plus d’infos sur https://aps.sn/petrole-et-gaz-un-dispositif-de-controle-des-hydrocarbures-mis-en-place-au-sein-des-douanes/

0 commentaires

mar.

20

févr.

2024

AERIEN- Trafic aérien à l’AIBD: 2.942.595 passagers décomptés, 38.624 tonnes de fret et 28.481 vols en 2023

L’Agence nationale de l’Aviation civile et de la Météorologie (ANACIM) à travers la Direction de la Régulation du Transport Aérien et notamment le Service Statistiques et Etudes,a fourni les données du trafic enregistrées au niveau de l’aéroport international Blaise Diagne de Diass, en termes de nombre de mouvements d’aéronefs opérant sur la plateforme, de passagers et de quantité de fret transportés pour l’année 2023.

Les activités du transport aérien à l’aéroport de Diass continuent de croitre et maintiennent leur niveau de 2019. En 2023, on observe une hausse du trafic des passagers de 12% par rapport à l’année précédente avec 2.942.595 passagers contre 2 629 347 en 2022, dépassant de 18% le nombre de passagers de 2019 sur la période considérée (année pré-Covid). Dans un communiqué, l’Anacim informe que la croissance de trafic Passagers est de 12% en 2023 au regard de 2022. Ceci est à mettre à l’actif des compagnies opérant sur la plateforme transportant un nombre significatif de passagers en 2023.

 

L’activité aéroportuaire reste soutenue par la présence de compagnies aériennes qui se partagent le marché de la manière suivante : plus de la moitié du trafic passagers (54%) est assurée par les transporteurs aériens africains tandis que les compagnies non africaines traitent plus de 75% du trafic fret. 

0 commentaires

mar.

20

févr.

2024

RSE- Le Comité RSE&DD de I-CONS reçoit un trophée pour la lutte contre le paludisme

Dakar, le 19/02/24- Entreprise engagée dans la lutte contre le paludisme à travers l’Initiative africaine «Zéro Palu, les entreprises s’engagent !» portée par le groupe Ecobank en partenariat avec l’ONG Speak up Africa et le Partenariat RBM, le Groupe I-CONS a reçu le 15 Février 2024 à Lomé (Togo) un trophée qui consacre du haut niveau de maturité de sa stratégie RSE.

Ce trophée a été remis au Directeur Général du Groupe I-CONS, M. Tamsir Agne, et au Comité RSE&DD par M. Alsane Sow, Directeur Qualité & DD, qui a représenté le Groupe I-CONS lors d’une cérémonie organisée à Lomé par le Groupe Ecobank et ses partenaires en marge d’un atelier de capitalisation et de partage des expériences initiées dans 5 pays africains : Bénin, Burkina Faso, Sénégal, Ghana et Ouganda.

 

Cette nouvelle reconnaissance RSE place le Groupe I-CONS parmi l’élite des entreprises africaines à impact DD, engagées dans la lutte contre le paludisme.

0 commentaires

PARTENAIRES