La 10° édition du «Forum sur la RSE au Sénégal», qui se tiendra cette année les 29 et 30 Novembre 2018 dans le Delta du Fleuve Saloum, à Djilor (Communauté rurale de Fimela), est l’occasion d’échanger sur un thème d’actualité au niveau mondial et au Sénégal : "Entreprises pour la préservation de la Biodiversité au Sénégal".  

 

 

Au Sénégal, la quasi-totalité des secteurs de développement repose sur la biodiversité. Ainsi le pays dispose d’une large gamme de ressources biologiques qui supportent l’essentiel des secteurs de développement du pays tels que l’agriculture, la pêche, l’élevage, le tourisme. La biodiversité est aussi la principale source d’énergie pour les activités humaines. Malheureusement, en l’état actuel des connaissances scientifiques, il est relativement difficile au Sénégal de faire une évaluation objective de l’état de conservation des écosystèmes et des espèces du fait d’un manque de mise à jour de l’état de la biodiversité au niveau national. Néanmoins, sur la base des études partielles et des connaissances sur les ressources, il est reconnu que la plupart des écosystèmes se caractérise par un état de dégradation relativement élevé. Les populations constatent également au fil des ans une dégradation progressive des écosystèmes due à l’action conjuguée de plusieurs facteurs dont l’expansion des terres agricoles, la surexploitation des ressources biologiques, le surpâturage, les feux de brousse, les espèces envahissantes, l’urbanisation croissante, les changements climatiques. Cette dégradation des écosystèmes terrestres et aquatiques s’accompagne inévitablement d’une augmentation de la vulnérabilité, voire d’un déclin des espèces à l’instar de l’Adansonia digitata (Baobab), l’Elan de Derby, les tortues, etc.

 

Afin de répondre aux fortes attentes et aspirations économiques et sociales des populations sénégalaises et des jeunes en particulier, le Sénégal est entré dans une trajectoire d’accélération d’investissements en production et infrastructures à forts impacts environnementaux : exploitation du pétrole et gaz, extraction minière, construction d’infrastructures (routes et autoroutes, ponts, ports, rails, centrales thermiques, aérien, etc…). Un des défis majeurs sera assurément de ne pas «cloner» le modèle de développement des pays européens mais bien de penser un nouveau modèle socio-économique sénégalais permettant de «découpler» l’économie et les ressources naturelles : savoir être prospère sans surconsommer les stocks naturels.

 

Dans ce sens, la Communauté des Entreprises a un rôle essentiel dans la construction de cette nouvelle économie :

1-   qui, d’une part, exige que les grandes entreprises mais également tous les acteurs économiques utilisant les ressources naturelles dans leurs exploitations (réceptifs hôteliers, entreprises du secteur agroalimentaire, etc…) prennent des engagements pour intégrer la biodiversité dans leurs stratégies globales de développement, afin de contribuer aux objectifs fixés par la communauté internationale et nationale sur la biodiversité.

 

2- et qui, surtout, devra être fortement ancrée dans les territoires et susciter une mobilisation et une responsabilisation de toutes les parties prenantes, au-delà de celle de l'entreprise.

 

Cette 10° édition du Forum sur la RSE au Sénégal qui s'inscrit dans le prolongement des actes posés par les trois précédentes éditions de la Conférence Nationale sur le Développement Durable (CNDD) va pour la première fois susciter le débat de la RSE stratégique et du développement durable à un niveau local, au niveau d'une Communauté rurale, et donner un contenu à un Dialogue Parties Prenantes dans un contexte de solidarité écologique.

Forum RSE 2018